Introduction aux personnages de la Renaissance en France

musique !

DU COMBAT ENTRE L'OMBRE ET LA LUMIERE

e Moyen Age s'achève lentement, et surgissent ici et là des hommes dont les regards et les désirs se veulent tournés vers un avenir qu'ils pressentent comme nouveau et positif. L'apparent paradoxe, c'est que ce sont des humanistes, c'est à dire des savants oeuvrant à la redécouverte de la littérature et des philosophies gréco-latines qui réclament des changements dans tous les domaines. RABELAIS, jeune moine érudit écrit à BUDÉ, le plus grand savant de France, qu'il est grand temps de se tourner vers la lumière du soleil (de l'intelligence et du savoir). Et il ne comprend pas que certains se complaisent encore dans les brouillards d'une époque révolue. Bien des hommes refusent pourtant les évolutions qui s'opèrent malgré eux. D'où le conflit, que le grand historien MICHELET comparait au combat entre l'ombre et la Lumière, qui est en quelque sorte l'enjeu du siècle. C'est un conflit mortel pour celui qui y prend part sans certaines précautions. On ne plaisante pas à cette époque avec les idées et ceux qui seront jetés sur des bûchers pour une phrase ayant déplu à tel ou tel censeur seront nombreux. Il n'y a que deux possibilités : s'allier au pouvoir politique ou prendre le pouvoir religieux. Le moine RABELAIS devient le protégé des Du BELLAY, et le moine LUTHER celui de FREDERICK LE SAGE à la Wartburg. Le premier frôle à plusieurs reprises l'emprisonnement, voire pire, et le second crée sa propre Eglise. Car c'est sur le terrain religieux que les choses vont se jouer. Et en France il faudra attendre deux cent cinquante ans pour voir ce combat entre l'"ombre et la lumière" se situer sur le terrain exclusif de l'homme et de sa place dans la cité sans référence à Dieu.

LES TRADITIONALISTES

a force qui s'oppose le plus aux évolutions et aux nouveautés reste l'Eglise. Tout du moins une partie agissante, nantie et dotée du pouvoir de juger. Contrairement à ce qu'on pourrait penser ce ne sont pas que des membres du haut clergé qui freinent les changements. Il est des évêques qui sont conscients des réformes nécessaires à l'insertion de la foi dans un monde qui bouge, qui ne se satisfait plus d'une croyance béate, et dont le discours est en complet décalage avec les pratiques scandaleuses de certains. Mais ce sont les théologiens, coupés des réalités du monde, et parmi ceux-ci les français de la Sorbonne, qui occupent une place centrale dans l'opposition à toute pensée nouvelle. Ils ont sur les questions religieuses une approche scolastique héritée du Moyen Age. Un ami d'ERASME écrivait en 1517 " j'ai assisté récemment à une dispute en Sorbonne.....on n'en voulait pas peu à Adam, notre premier père, de n'avoir pas mangé des poires au lieu de pommes, et tous ces hommes graves contenaient à peine leur indignation."...

LE POUVOIR

'Eglise et ses théologiens ne sont pas seuls du côté de la tradition. Le pouvoir politique en est aussi, qui évoluera d'un côté ou de l'autre, selon ses intérêts. L'Etat a sa part de responsabilité dans la répression et le contrôle des consciences en instituant la censure. FRANCOIS 1er pourtant favorable à la nouveauté s'effraye des conséquences des idées nouvelles sur son propre pouvoir. Favorable aux HUMANISTES, il va s'opposer à la Réforme luthérienne. Son conseiller Antoine DUPRAT l'y incite tant par conviction que par intérêt personnel, naturellement porté dans ce sens par crainte du changement et la difficulté de maîtriser ce nouveau vecteur d'information et de liberté de conscience qu'est LE LIVRE.

LES REFORMES
'Italie, mère des arts et dépositiaire des savoirs grecs et latins crée la Renaissance et stimule LES HUMANISTES, qui cherchent une voie nouvelle de croire en Dieu et d'envisager le monde. Leur rigueur intellectuelle ne se dérobe pas au doute et entraîne une remise en question d'un certain nombre de pratiques religieuses et de modes de pensée. ERASME en est la figure emblématique. Mais c'est l'Allemagne qui produit LA REFORME. Particularisme culturel ? Très germanique sens du sérieux ? REUCHLIN, MELANCHTON et LUTHER sont des clercs en révolte par qui l'Europe du Nord va basculer dans un mouvement d'émancipation de la tutelle papale. Le Sud reste catholique. Entre les deux, la France, mi-latine mi-nordique, produit avec CALVIN son propre mouvement Réformé. Contrairement à ce qu'on aurait pu imaginer, l'austérité ne sera pas au Nord. LUTHER mêle joie et foi, et reconnaît au corps des droits et des plaisirs. Mais la branche allemande comme la française vont devoir lutter pour résister à leur destruction programmée par les "Papistes". Et les deux camps antagonistes se retourneront contre les véritables penseurs de liberté, les HUMANISTES. RABELAIS partage avec ERASME le privilège d'avoir été vilipendé ou inquiété physiquement par la Sorbonne et par les Réformés.
(Publicité)
page precedentepage suivante
MONTAIGNE ET LA RENAISSANCE I LYON RENAISSANCE I ACTUALITES RENAISSANCE
I MULTIMEDIA RENAISSANCE I
Mentions Légales I Devenir Sponsor ? I Publicite I I Générique
Droits de reproduction et de diffusion reservés
© Renaissance-France.Org