Les fêtes au 16 ème siècle - VIOLENCES ET DEBORDEMENT - (1/3)


LA FETE AU XVIè SIECLE

deco
musique !
a Fête au Seizième Siècle est une manifestation importante de la vie sociale: c'est une sorte de compensation à la dureté et la précarité de la vie de tous les jours, et elle est souvent le cadre de débordements violents. C'est la raison pour laquelle les fêtes sont mises sous surveillance. Plusieurs compagnies d'hommes armés étaient alors réquisitionnées pour prévenir les émeutes. Il arrivait même que les canons des remparts soient chargés et tournés vers l'intérieur des villes afin de prévenir tout soulèvement à l'occasion des fêtes. Il faut dire qu'à cette époque chaque individu ou presque porte une arme, et les querelles entre les soldats et la jeunesse ne sont pas rares.
Dans les campagnes, des villages entiers s'adonnent à des jeux virils comme LA SOULE, ou l' ETEUF, ancêtres d'un Rugby où tous les coups sont permis, et qui se soldent parfois par des morts violentes

QUI FAIT LA FETE ?

rincipalement la jeunesse, qu'on appelle LES BACHELIERS
Les Bacheliers, ce sont tous les jeunes gens de 15 ans et plus et plus généralement les célibataires.
On trouvait dans chaque ville ou village un CHEF DES BACHELIERS, ou un ROI DE LA JEUNESSE
fete des fous brueghelLes Bacheliers faisaient Le TAPAGE (faire carillon) ou Le CHARIVARI, on exigeait Le DROIT DE PELOTE ou de CHEVERESSE, de BANNIERE, d'HONNETETÉ ou de GARCONNADE
Lors des mariages, les jeunes offraient un ruban ou un bouquet aux époux et recevaient de l'argent ou de la nourriture.
Acteur et régulateur de la vie sociale, l' activité principale du Bachelier est d'organiser des fêtes, racketter les bourgeois pour de l'argent, du vin de la nourriture, se moquer des maris cocus, des femmes infidèles etc;.
La fête dite FETE DE L'ARRIERE. consiste "en ce que le jour de la fête de la paroisse ou le lendemain, un habitant de la paroisse monté sur un âne, le visage tourné vers la queue, escorté de beaucoup de jeunes gens armés de bâtons et précédé de tambours va dans les maisons les plus opulentes de la paroisse se faire donner à boire et à manger, arrête ceux qui passent dans les rues et se fait payer un droit de passage".
LA FETE DES FOUS
Les MONARQUES DE FOLIE existaient pour chaque confrérie. Ils se devaient d'être les organisateurs des réjouissances. A VIENNE, c'était l'archevêque lui-même qui donnait leur roi aux gens de ces métiers (boulangers et meuniers) venus le lui réclamer le matin du 1er MAI. A son tour, la mère d'une abbaye voisine leur donnait une reine. Des hommes NUS ET FROTTES DE SUIE, LES "NOIRCIS" leur baisaient les pieds et les escortaient. Eux-mêmes avaient été choisis par le clergé de la ville. Cette cour ridicule paradait dans les rues toute la journée dans un concert de huées.

FETES THEATRALES

ES CHAMBRES DE RHÉTORIQUE
Au début du 16ème dans le nord, les villages ont leur confrérie littéraire ou "chambre de rhétorique". Certaines villes en ont plusieurs.Les marchands et artisans se réunissent pour composer des chansons ou des drames moraux qu'ils représentent lors de l'entrée d'un grand personnage, ou à l'occasion de concours entre les chambres de plusieurs villes.Sept grands concours ( LANDJUWELEN) se tiennent en Brabant de 1515 à 1561. Ils couronnent des pièces comiques, les " esbattements " où les fous tiennent une grande place.
Les conseils des villes s'associent à la préparation des spectacles, ou les subventionnent.
LES MYSTERES sont des représentations théatrâles des scènes religieuses de la vie du Christ ou des saints. Certaines représentations des MYSTERES durent de trois à dix jours (à POITIERS EN 1534), ou même un mois (à ISSOUDUN en 1535)

(Publicité)
page precedentepage suivante
MONTAIGNE ET LA RENAISSANCE I LYON RENAISSANCE I ACTUALITES RENAISSANCE
I MULTIMEDIA RENAISSANCE I
Mentions Légales I Devenir Sponsor ? I Publicite I I Générique
Droits de reproduction et de diffusion reservés
© Renaissance-France.Org